Zorro, le Messie ?

  • -

Zorro, le Messie ?

Category : Non classé

Par Albert Soued, écrivain,
10/05/16

Jamais les mois qui ont précédé la Pâque, et surtout le mois d’avril, n’ont été aussi odieux pour le Judaïsme et pour Israël. Les « nations », surtout européennes, se sont déchaînées, sans raison évidente ni sérieuse, contre les Juifs, qu’ils soient en Israël ou en diaspora. Le pape, l’Unesco, l’Onu, des Universités et des Ong d’Occident, et tutti quanti ont fait écho aux vociférations des dirigeants arabes, iraniens ou turcs qui, depuis fort longtemps, ne cherchent qu’à ôter toute légitimité à la nation juive, pour mieux l’éliminer à terme. Comment se fait-il que soudain et sans provocation, un concert de voix perverses en Occident se fait l’écho des voix tonitruantes et chaotiques du Moyen Orient ?

Il se trouve qu’il y a une trentaine d’années, j’avais commenté sommairement sur le plan symbolique une prémisse des temps messianiques, la guerre de Gog et Magog, prévue dans les textes bibliques. Je reprends ce texte ici (http://symbole.chez.com/gog.htm).

Gog et Magog

Avant l’arrivée du Messie, Israël subira l’épreuve de Gog et Magog. Sur le plan numérique, l’expression « Gog vé Magog » a la valeur 70 selon la numération hébraïque, appelée « guematria », soit le nombre des nations en termes bibliques.

La valeur numérique de Gog est 12, équivalent au mot « au bord du précipice » (gédah) et Magog vaut 52, équivalent à la perversité (zimah), la calomnie (lizah) et la bête (béhémah). Israël règle ses comptes avec les nations païennes.

Sur le plan de la sémiologie, Gog suggère un mouvement vers soi-même: la lettre « ghimel » a le sens de mouvement et le doublet « g/w » est un mouvement vers l’intérieur. « Gog mégog », le gog venant du gog, fait penser à un clonage sans différenciation.

De plus, « mag » de magog est lié à la magie ou à l’image, en hébreu comme en français, notions qui s’opposent farouchement au divin monothéiste.

« Gog de Magog » est un monde irrationnel, autarcique et totalitaire qui regarde son nombril et qui se reproduit à l’identique.

Dans la vision d’Ezéchiel, Gog est un prince qui gouverne « meshekh vé toubal », c’est à dire « qui vient de l’épaisseur et de la confusion ». Il faut rappeler ici les combats messianiques liés à Gog et Magog. Il s’agit en fait du passage entre l’Arbre de Vie et l’Autre Côté (le Mal et la Mort), passage ou gué appelé « vallée des passants ou des Hébreux ». L’expression en hébreu « guey hai’vrim » a comme valeur numérique 340, équivalente aussi bien à « shem », le nom divin, qu’à « sham », là-bas, l’Autre Côté. Cette traversée continuelle est une recherche de l’unité du Nom et elle passe par une lutte incessante contre l’Autre Côté, (le Mal et la Mort) pour le connaître, le maîtriser et mieux le combattre. Quand l’Autre Côté, sera vaincu, il disparaîtra et on n’aura plus besoin de « traverser ». On est arrivé alors à la fin des temps matériels et au début d’une ère spirituelle.

Relations avec la société contemporaine

Le développement de l’Internet et des réseaux sociaux a permis une plus grande diffusion de la Connaissance, facteur qui accélère la venue des temps messianiques. Mais d’un autre côté les tentacules du Mal s’y sont engouffrées, la violence et la terreur, la corruption, l’inversion des valeurs, la pensée unique et autarcique, le « prêt à penser », la valorisation de la mort, l’usurpation et la spoliation … mais aussi la calomnie et la désinformation au niveau des Medias.

Le sort d’une société qui n’a pas les ressorts pour s’opposer à des vagues invasives répétées est le déclin, avec le réflexe millénaire de rechercher un bouc émissaire, souvent le même, le Juif.

Comment cette société pourra-t-elle sortir du gouffre où elle semble se précipiter ? Certains parlent déjà d’une 3ème Guerre mondiale. Mais si un homme, sortant de l’ordinaire et ayant le courage et les moyens de nous aider, soit à faire l’économie d’une guerre, soit à la gagner, apparaissait soudain sur l’échiquier mondial, un homme providentiel, un Messie issu de Joseph, un Zorro…

Certains l’ont déjà vu arriver, mais ils ont été déçus, d’autres l’annoncent périodiquement, mais la plupart ne voient rien venir… Pourtant, il pourrait être déjà à notre porte.

Car il faut toujours espérer.