Monthly Archives: novembre 2016

  • -

Une start-up israélienne transforme le Co2 en énergie propre

Category : Non classé

Une start-up israélienne transforme le Co2 en énergie propre…
Chaque année, la planète rejette naturellement 500 millions de tonnes de Co2 alors que les activités humaines en émettent plus de 30 milliards dans l’atmosphère. La quantité de Co2 est beaucoup trop importante pour être absorbés et transformés en oxygène par les arbres et les océans. Une alternative d’urgence s’impose. C’est le défi que New Co2 Fuel (NCF) a réussi à relever….
Lumière sur une start-up israélienne qui transforme le Co2 en énergie propre. New Co2 Fuel, fondée en 2011, est une société qui travaille en étroite collaboration avec le Professeur Jacob Kerni du laboratoire de la Weizmann Institute of Science à Réhovot qui, après 8 ans de recherches, à mis au point une technologie qui utilise le Co2 libéré par les usines et les industries pour le transformer en carburant. Pour produire cet hydrocarbure, un champ de panneaux solaires est disposé pour absorber les rayons lumineux du soleil qui vont chauffer un réacteur à plus de 1.000°C. La chaleur qui passe par le réacteur va alors dissocier deux gaz, le CO2 et le H2O et produire le Synga, un mélange de monoxyde de carbone (C) et d’hydrogène (H2O). C’est le Synga, simplement créé à partir du Co2 contenu dans l’air qui peut ensuite être utilisé comme carburant au même titre que le méthanol, le gasoil, le butane….
source : siliconwadi


  • -

Israël: découvertes fascinantes sur la bataille de David et Goliath

Category : Non classé

Une nouvelle exposition au Bible Lands Museum à Jérusalem dispose d’une série de découvertes archéologiques fascinantes qui pourraient faire la lumière sur la fameuse bataille biblique entre David et Goliath et sur le début de la monarchie en Israël.
 
En 2007, des fouilles archéologiques ont été lancées entre la plaine côtière et la Judée. Leurs conclusions ont abouti à une série de découvertes passionnantes, qui pourraient faire la lumière sur l’histoire biblique de la bataille entre David et Goliath et sur la période tumultueuse du début de la monarchie en Israël.
 
Les trouvailles énigmatiques et l’histoire derrière elles sont maintenant en vedette dans une nouvelle exposition au Bible Lands Museum à Jérusalem : « Dans la vallée de David et Goliath ».
 
«Nous avons ici un site archéologique mystérieux, avec quelques points d’interface inhabituels avec les textes bibliques, » explique le Dr Edith Kimchi, directrice du Département de l’éducation du musée. Le site mystérieux est connu comme Khirbet Qeiyafa et est situé dans la vallée d’Elah Israël, dans la région de Beit Shemesh.
 
Ce qui a nourri l’imagination des chercheurs, dit-elle, et a conduit à l’intérêt suscité par ce qui était au départ «juste une autre fouille archéologique parmi d’autres » a commencé avec un test de datation radiocarbone effectué sur des noyaux d’olives trouvés sur le site. Cela a conduit les chercheurs à la période au cours de laquelle le royaume de David a été établi, selon la Bible. Jusqu’à présent, aucune preuve archéologique de l’existence de cette période n’a été trouvée en Israël.
Qu’est-ce que cela a à voir avec la bataille entre David et Goliath?
 
Selon Yehuda Kaplan, l’un des commissaires de l’exposition, la réponse peut se résumer en un seul mot: l’emplacement. « La date établie par le test de datation radiocarbone nous ramène à la fin de la période des juges et au début du royaume de Juda.
 
«Nous avons une indication géographique très précise de la vallée où les Philistins se sont rassemblés pour une guerre contre Israël. La Bible dit qu’elle s’est déroulée entre Sokho et Azéka, qui sont les deux lieux géographiques que nous avons identifiés avec un niveau très élevé de certitude. Dans la description de la bataille elle-même, nous trouvons, bien sûr, beaucoup d’éléments mythiques visant à glorifier David et à le présenter comme apte à être roi. S’il y a eu bataille, c’est là qu’elle a eu lieu ».
 
David ou le mystérieux Elhanan?
 
L’utilisation de la Bible pour expliquer les découvertes archéologiques est controversée. Au sein de l’exposition elle-même, les conservateurs essaient constamment d’offrir au public une variété de directions et des hypothèses concernant les expositions.
 
« Dans le fossé qui demeure entre mythe et réalité, soutenu par les découvertes archéologiques, il y a beaucoup de zone grise», dit Kaplan. «L’archéologie n’a pas la capacité de dire si quelque chose est arrivé ou pas. Par exemple, on n’a pas retrouvé le squelette ou le bouclier de Goliath ».
 
Kaplan ajoute : «la Bible elle-même est incertaine au sujet de l’identité de la personne qui a tué Goliath (Samuel 2 ;21). Il y a une tradition raccourcie qui affirme qu’il a été tué par quelqu’un de Bethléem appelé Elhanan. On peut suggérer qu’il y avait plus d’un Goliath, ou qu’il y avait un héros de Bethléem qui a tué Goliath, et que la Bible, qui a fait de David un personnage de plus en plus central au fil du temps, aurait effectué un «copie collé» et attribué l’histoire au roi David. Il n’y a aucun moyen de savoir. « 
 
Selon Kaplan, une inscription araméenne trouvée à Tel Dan en 1993 et 1994 (qui est présentée dans l’exposition) a finalement retiré le roi David de la catégorie «mythe». «C’est une inscription vantarde dans laquelle le roi de Syrie présente la liste des rois qu’il avait vaincu. A côté du roi d’Israël, apparaît un roi appelé «Beit David ». C’est une source rare venant de quelqu’un d’extérieur qui n’a pas écrit la Bible, et qui d’autre part, reconnaît David comme le fondateur de la dynastie royale. C’est une preuve historique claire. Mais dans notre histoire, les choses sont plus sujettes à interprétation en termes de l’identité des habitants de la ville.
 
« Nous devons nous rappeler d’où Goliath provenait : de Gath. Gath était immense une ville qui était creusée depuis 20 ans. Les Philistins représentaient, sans aucun doute, une menace de sécurité importante. C’est également la raison pour laquelle Samuel a demandé de couronner un roi qui pourrait être en mesure d’éliminer la menace « .
 
Finalement, David et Goliath ont-ils existé ou non?
 
«Nous préférons laisser le public décider de lui-même quelle explication il accepte. Il est possible que nous trouvions dans l’avenir que Qeiyafa est en effet la première preuve de la colonie du peuple d’Israël, ce que les chercheurs attendaient. La Bible, en tout état de cause, est une source vivante et fascinante – pas nécessairement pour des réponses, mais aussi pour des questions: Qui sommes-nous et quel est notre histoire ? « 

  • -

Ivanka Trump, la fille de Donald, s’est recueillie sur la tombe du Rabbi pour prier pour le succès de son père

Category : Non classé

Avant les élections présidentielles américaines de mardi, la fille du candidat républicain Donald Trump, convertie au judaïsme, s’est rendue sur la tombe du Rabbi de Loubavitch pour prier pour le succès de son père, Donald Trump.

Récemment elle a fait campagne pour son père dans une synagogue de Floride et a assuré les électeurs que celui-ci déplacerait l’ambassade américaine à Jérusalem, s’il était élu président.Ivanka Trump (son prénom en hébreu est Yael ), qui s’est convertie au judaïsme en 2009, s’est mariée à un juif orthodoxe de Jérusalem, Jared Kushner.

Rappelons à l’occasion que le Congrès a adopté une loi en 1995 obligeant le déménagement de l’ambassade à Jérusalem, mais a permis au président une renonciation, régulièrement exercée depuis par chacun des présidents américains, citant pour ce faire les intérêts de sécurité nationale des États-Unis.

En Floride, 43% des juifs s’apprêtent à voter pour Trump mais les juifs ne représente que 2% de la population américaine, alors Ivanka n’a pas omis de rajouter aussi que si son père était élu,  les électeurs ne seront  pas déçu car Jérusalem sera considérée par les US comme la capitale éternelle d’Israël.


  • -

La terre de Palestine : à qui est-elle ?

Category : Non classé

La Palestine est un terme que l’on ne trouve pas dans les Écritures. Ce sont les romains, plus de cent ans après Jésus-Christ, qui ont ainsi nommé cette région du monde, après avoir détruit le Temple de Jérusalem, incendié la ville, et chassé les juifs de leur territoire. On ne se souviendrait plus alors ni du nom ni du peuple d’Israël… Depuis, les nations se sont approprié, par des guerres incessantes, cette terre qui ne ressemble à aucune autre.

 

Or, voici ce que Moïse écrivit il y a plus de 3500 ans, lorsqu’il reçut la loi de la Torah dans le désert du Sinaï :

« La terre ne se vendra pas à titre définitif; car le pays est à MOI, car vous êtes chez MOI comme immigrants et résidents temporaires » (Livre du lévitique 25:23, )

Le Dieu à qui tout appartient a donné 99,99% de la terre aux hommes, et Il a gardé 0,01 % pour sa propriété personnelle.

Voici ce qui fut écrit dans le quatrième livre des Psaumes, Psaume 105, passage que nous retrouvons dans le livre des Chroniques au chapitre 16, et qui était chanté au temps du roi David, plus de mille ans avant la naissance de J.C. :

« Descendance d’Israël, son serviteur, fils de Jacob ses élus ! C’est Lui l’Éternel notre Dieu; ses jugements s’exercent sur toute la terre. Souvenez-vous à toujours de son alliance, de la parole qu’Il a ordonnée pour mille générations, de l’alliance qu’Il a conclue avec Abraham, et de son serment à Isaac. Il l’a établi comme une prescription pour Jacob, pour Israël en alliance éternelle, disant : Je te donnerai le pays de Canaan comme héritage qui vous est échu. Vous étiez alors en petit nombre, peu de chose, et vous étiez immigrants. Ils s’en allaient d’une nation à l’autre… »

« L’Éternel dit à Abraham : Je te donnerai, et à tes descendants après toi, le pays dans lequel tu viens d’immigrer, tout le pays de Canaan, en possession perpétuelle, et Je serai leur Dieu… A l’égard d’Ismaël (Père des arabes), Je t’ai entendu; Je le bénirai, Je le rendrai fécond et Je le multiplierai à l’extrême; il engendrera douze princes, et Je ferai de lui une grande nation. Mais en ce qui concerne mon alliance, Je l’établirai avec Isaac que Sarah te donnera à cette époque-ci de l’année prochaine. » (Genèse 17:8, 20 et 21)

Le Créateur donne Sa terre à qui Il veut. Qui contestera ?

 

Il y avait une condition pour que la bénédiction de Dieu repose sur le peuple choisi : « Ne vous souillez par aucune de ces abominations dont se sont souillées les nations que Je chasse devant vous. Le pays en a été souillé, Je suis intervenu contre sa faute, et le pays a vomi ses habitants… Vous observerez donc mes prescriptions, ainsi le pays ne vous vomira pas à cause de vos souillures comme il a vomi les nations avant vous. » (Lévitique 18)

Par la suite, le peuple d’Israël a péché gravement contre l’Éternel, et s’est alors accompli ce que Moïse avait dit : « Si tu n’observe pas et ne mets pas en pratique toutes les paroles de cette loi, écrites dans ce livre, si tu ne crains pas ce nom glorieux et redoutable, l’Éternel ton Dieu te frappera miraculeusement, toi et ta descendance, par de grandes plaies persistantes… Il te dispersera parmi tous les peuples… Tu n’auras pas un lieu de repos… » (Deutéronome 28:58-65)

Le peuple d’Israël a connu quatre exils. Le plus long a duré presque 2000 ans, suite à la victoire des Romains en l’an 70 de notre ère. Les habitants de la Judée furent disséminés depuis cette date parmi toutes les nations, et sans cesse menacés d’extermination.

Et pendant toute cette période, la terre d’Israël que les romains avaient baptisée Palestine, est devenue un désert inhospitalier, très convoité à cause de sa situation géographique, et sous la domination successive de différents Empires. Mais jamais plus cette région ne fut une entité avec une capitale. Jamais personne ne l’a réclamée pour sa patrie, sinon les juifs qui, du fond de leur exil, n’ont pas cessé durant deux mille ans d’espérer : « l’an prochain à Jérusalem !… «  (Voir document au bas de l’article au sujet du mythe du peuple palestinien)

Tout s’est accompli selon ce qui avait été écrit : (Attention à ceux qui veulent faire de cette région ce que bon leur semble !)

« C’est un pays dont l’Éternel prend soin et sur lequel l’Éternel ton Dieu a continuellement les yeux, du commencement à la fin de l’année… Gardez-vous de laisser votre cœur être séduit en rendant un culte à d’autres dieux… la colère de l’Éternel s’enflammerait alors contre vous, Il fermerait les cieux et il n’y aurait pas de pluie; le sol ne donnerait plus ses productions… »(Deut. 11:12,16-17), « Si tu désobéis, l’Éternel enverra pour pluie à ton pays de la poussière et de la poudre… » (Deut. 28:24).

« Les israélites resteront longtemps sans roi, sans chef… Après cela, ils reviendront; ils chercheront l’Éternel leur Dieu, et ils trembleront en s’approchant de l’Éternel et de sa bonté, dans la suite du temps. » (Prophète Osée 3:4, écrit presque 800 ans avant J.C.)

 

Dieu avait aussi fait la promesse d’une restauration miraculeuse du peuple et de sa terre, au temps fixé par Lui, pour interpeller une dernière fois tous les peuples de la terre, avant que leur sort ne soit scellé.

D’innombrables passages ont été écrits dans la Bible par des prophètes qui ne se connaissaient pas pour la plupart; les-uns se trouvaient en exil à des époques éloignées, d’autres faisaient partie du reste des juifs dont le pays n’a jamais été totalement exempt. Voici une prophétie parmi beaucoup d’autres :

« Dis à la maison d’Israël : Ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : Je sanctifierai mon grand Nom, qui a été profané parmi les nations, ce Nom que vous avez profané au milieu d’elles, et les nations reconnaîtront que Je Suis l’Eternel… Je vous retirerai d’entre les nations, Je vous rassemblerai de tous les pays et Je vous ramènerai sur votre territoire… Vous habiterez ce pays que j’ai donné à vos pères… J’appellerai le blé et Je le multiplierai, Je multiplierai le fruit des arbres et le produit des champs…

Alors vous vous souviendrez de votre mauvaise conduite et de vos actions mauvaises…Ce n’est pas à cause de vous que J’agis de la sorte -oracle du Seigneur- reconnaissez-le ! Ayez honte et soyez confus de votre conduite, maison d’Israël !… Je repeuplerai les villes, et l’on rebâtira sur les ruines, la terre désolée sera cultivée, au lieu d’être une désolation aux yeux de tous les passants, et l’on dira : ce pays désolé est devenu comme un jardin d’Eden… Moi, l’Éternel, J’ai parlé et J’agirai ! » (Prophète Ezéchiel, chapitre 36, environ 600 ans avant J.C.)

Le désert refleurit, l’Éternel accomplit ce qu’Il avait promis :

« Je ramènerai les captifs de mon peuple d’Israël; ils rebâtiront les villes dévastées et les habitants planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et en mangeront les fruits… Dans l’avenir, que Jacob prenne racine : Israël poussera des bourgeons et des fleurs, , et remplira le monde de ses produits. » (Amos 9:14 et Esaïe 27:6)

Du vivant de yasser Arafat, on pouvait lire dans un journal « A Haronot », les propos d’un cheikh, secrétaire d’Etat aux affaires musulmanes en Italie :

– « A mon avis, Arafat a tort : le pays d’Israël appartient aux juifs ». Le journaliste israélien s’étonne : – « C’est vous, cheikh, qui dites cela ? »

– « Oui, nous en avons tous la preuve : pendant 2000 ans, rien n’a poussé. Depuis que vous êtes venus, tout a refleuri. La terre vous attendait pour produire ses fruits. Dieu vous a gardé cette terre… »

Voici ce que comprend un musulman, à l’étranger…

« La colère de l’Éternel s’enflamma contre son peuple… Il les livra aux mains des nations; ceux qui les haïssaient dominaient sur eux; leurs ennemis les opprimèrent, et ils furent humiliés sous leur main. Bien souvent Il le délivra; mais ils se montrèrent rebelles dans leurs desseins et s’enfoncèrent dans leur faute. L’Éternel arrêta sa vue sur leur détresse, lorsqu’Il entendit leur cri. Il se souvint de son alliance… Il leur fit trouver compassion devant tous ceux qui les tenaient captifs. (Comment ne pas faire une allusion au vote de l’ONU en 1947, qui s’est joué à une voix près en faveur de la création d’un Etat pour les juifs survivants des camps de la mort ? Puis aux pays de l’Est qui ont ouvert leurs portes pour les laisser partir après une longue et terrible persécution ?…) Sauve-nous, Éternel notre Dieu ! Et rassemble-nous du milieu des nations… Béni soit l’Éternel, le Dieu d’Israël, d’éternité en éternité ! » (Psaume 106:40-48)

« L’Éternel change la terre aride en sources d’eau, et y fait habiter les affamés; ils fondent une ville habitable; ils ensemencent les champs, plantent des vignes qui produisent un fruit abondant. Il les bénit, ils deviennent très nombreux… Il multiplient les familles comme des troupeaux. Les hommes droits le voient et se réjouissent, mais les méchants ferment leur bouche. Que celui qui est sage prenne garde à ces choses et comprenne les actes bienveillants de l’Éternel ! » (Ps. 107:35-43)

 

Témoignage de quelques illustres visiteurs de la Palestine au cours des derniers siècles

Que nous rapportent les historiens sur cette région du monde, avant la proclamation de l’Etat d’Israël en 1948 ? Voici le témoignage de quelques illustres visiteurs de la Palestine au cours des derniers siècles :

– En 1800, Chateaubriand écrit : « Dans cette contrée, devenue la proie de la flamme, les champs incultes ont perdu la fécondité qu’ils devaient aux sueurs de l’homme; les sources ont été ensevelies sous des éboulements; la terre des montagnes, n’étant plus soutenue par l’industrie du vigneron, a été entraînée au fond des vallées, et les collines, jadis couvertes de bois de sycomores, n’ont plus offert que des sommets arides… »

– En 1835 Alphonse de Lamartine en visite dans la région rapporte : « A l’extérieur des portes de Jérusalem, nous n’avons pas rencontré âme qui vive et nous n’avons entendu aucune voix humaine. »

-En 1871, Pierre Loti, un incroyant, écrivit au retour d’un voyage en « Palestine » : « Ô Jérusalem ! … Ville qui est à l’agonie et dont demain il ne restera plus rien, plus aucun souvenir, plus aucune trace… qu’une génération à venir ne verra même plus… »

– En 1881 c’est mark Twain qui parle « d’ une désolation telle que même l’imagination ne peut rendre l’éclat de la vie et de l’action… Nous n’avons pas vu un être humain sur tout le trajet… même l’olivier et le cactus, les amis rapides du sol sans valeur, avaient presque déserté le pays. »

– A la même époque, Félix Bovet, un pasteur protestant, homme de foi, déclarait : « Dieu qui a donné la Palestine à tous ces peuples (Chrétiens, Sarrasins, ottomans, Arabes, plus tard aux Anglais…), n’a permis à aucun de s’y enraciner Il la tient en réserve jusqu’à ce que vienne ce peuple auquel Il l’a promise. Ces doux qui doivent en hériter un jour. »

– En 1857 le Consul britannique de Palestine rapporte que « cette terre est en majeure partie vide d’habitants; par conséquent, le recours le plus urgent est de la peupler d’habitants. » Ce qui explique la forte augmentation de la population arabe sous le Mandat Britannique : les pouvoirs ottomans en 1882 recensaient officiellement en Terre d’Israël 141 000 musulmans arabes et non arabes. En 1938, il y a une hausse de 800%, en 56 ans : plus d’un million.

 

Voici quelques extraits d’un article du journaliste Joseph Farah

Très intéressant : Voici quelques extraits d’un article du journaliste Joseph Farah, arabe américain et spécialiste du moyen-Orient.

« Permettez-moi d’affirmer clairement et simplement ceci : les juifs en Israël n’ont pris la terre de personne.

Quand Mark Twain visita la Terre sainte au XIXe siècle, il fut très déçu, il ne vit pratiquement personne. Il la décrivit comme une vaste terre de désolation. Le pays que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Israël était pratiquement désert. Au début du XXe siècle cela commença à changer. Des juifs du monde entier se mirent à revenir dans leur patrie ancestrale. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas toujours eu une forte présence juive sur cette terre, en particulier dans et autour de Jérusalem….En 1854, le New York Tribune mentionne que les deux tiers de la population de Jérusalem sont des juifs.

En 1906, sous la domination ottomane, sur les 60 000 habitants, on compte 7 000 musulmans, 13 000 chrétiens, et 40 000 juifs. La population de ces derniers s’est accrue considérablement malgré l’interdiction qui leur est faite d’immigrer et de posséder des terres. Bien qu’ils y soient persécutés, ils venaient quand même. Et bien que les musulmans proclament aujourd’hui Jérusalem comme la troisième ville sainte de l’Islam, quand la ville était sous le régime musulman, ils ne lui manifestaient que très peu d’intérêt.

Lorsque les juifs vinrent, drainant les marécages et faisant fleurir les déserts… les arabes suivirent; je ne les en blâme point. Ils avaient de bonnes raisons, ils trouvaient des emplois, ils venaient pour la liberté, et ils vinrent nombreux.

Puis arriva 1948 et la grande partition. Les nations Unies proposèrent la création de deux Etats dans la région, l’un juif, l’autre arabe. Les juifs l’acceptèrent avec gratitude, les arabes la rejetèrent férocement et déclarèrent la guerre. Les leaders arabes demandèrent aux arabes de quitter la zone pour ne pas être pris dans les échanges de tirs. Ils pourraient revenir dans leurs maisons, leur dit-on, après qu’Israël soit écrasé et les juifs détruits. Le résultat ne fut pas celui qu’ils escomptaient. Selon les estimations, plusieurs milliers d’arabes furent déplacés du fait de cette guerre, mais non par une agression israélienne… Il existe des documents historiques montrant que les juifs ont instamment demandé aux arabes de rester et de vivre avec eux. Mais tragiquement, ces derniers choisirent de partir.

54 ans plus tard, les enfants et petits enfants de ces réfugiés vivent encore beaucoup trop souvent dans des camps de réfugiés, et ce, non du fait de l’intransigeance israélienne, mais parce qu’ils ont été abusivement utilisés comme outil politique par les puissances arabes. Ces pauvres malheureux auraient pu être installés en une semaine par les riches Etats arabes pétroliers, qui contrôlent 99,9% de la totalité des territoires au Moyen-Orient, mais ils sont gardés comme véritables prisonniers, remplis de haine envers la mauvaise cible, les juifs, et utilisés comme armes en tant que martyrs-suicides par les détenteurs arabes du pouvoir.

Telle est la véritable histoire moderne du conflit arabo-israélien. Jamais les juifs n’ont arraché les familles arabes de leur foyer. Ils achetaient les titres de propriété largement excessifs, pour pouvoir avoir un lieu où vivre à l’abri des persécutions qu’ils avaient subies partout dans le monde.

Dire que les Israéliens ont déplacé qui que ce soit est un énorme et flagrant mensonge dans une longue série de mensonges et de mythes qui ont amené le monde au point où il est prêt à commettre, encore une fois, une autre grande injustice envers les juifs. » (J. Farah)

Pour plus de détails historiques, vous pouvez consulter un autre article sur notre site : « Droits bibliques et historiques d’Israël »

 

Allah a donné la terre d’Israël aux juifs ! Palestiniens, vous mentez !

Témoignage inédit ! Le Cheikh Ahmed Adwan déclare : « Allah a donné la terre d’Israël aux juifs ! Palestiniens, vous mentez ! »

Il se nomme Cheikh Ahmed Adwan, et est l’un des chefs de la tribu des Adwan- l’une des plus importantes de Jordanie. Ce cheikh vit à Amman. Sa famille est extrêmement bien implantée en Jordanie : on dit même qu’ils sont sur ces terres depuis très longtemps. Al Qods et d’autres médias arabes ont publié cet article incroyable ce week-end du 3 février 2014.

Ahmed Adwan se présente comme un savant musulman. Il croit dur comme fer à l’Etat Juif : « Les juifs ont le droit de vivre chez eux. Dieu leur a donné Jérusalem. Jérusalem est aux juifs, et la Mecque est aux musulmans ! »

Il cite la sourate 5 du Coran – « La sourate de la Table », verset 21, et « Nous avons fait les enfants d’Israël les héritiers de la terre » (Coran, Sourate 26 – « La sourate des poètes », verset 59)

Ce cheikh est connu pour critiquer régulièrement les palestiniens : « Ils doivent cesser d’utiliser des civils comme boucliers humains. Et leurs attaques terroristes, c’est un viol du Coran ! »

En outre, Adwan prétend que « la Jordanie est la Palestine », et que le seul but des palestiniens est « de vivre comme les arabes israéliens, qui vivent dans une démocratie, avec tous les droits ».

Il conclut en affirmant : « La Palestine ? Ce n’est même pas un pays dans le Coran ! »

(Jérusalemplus du 03/02/2014))

Ajoutons que Jérusalem non plus n’est pas citée dans le Coran. Nous y trouvons par contre :

– « Allah a assigné la Terre Sainte aux enfants d’Israël jusqu’à ce que le Jour du Jugement arrive » (Sourate 5-Sourate de la Table-)

– « Nous avons fait des enfants d’Israël les héritiers de la terre. » (Sourate 26- Sourate des Poètes-)

 

Le Professeur Jacques Ellul fait une petite mise au point

Le Professeur Jacques Ellul fait une petite « mise au point »

Je m’excuse d’encombrer les colonnes de ‘Réformé » en revenant sur la question de la Palestine, mais il est assez difficile de laisser passer certaines affirmations péremptoires. Je me bornerai à 6 remarques.

1- Tout d’abord, on ne peut tirer aucun argument des statistiques de l’époque ottomane, totalement fantaisistes : pour la même année, les sources varient de 300 à 650 000 habitants pour la Palestine, de 20 à 60 000 habitants pour Jérusalem… A cela s’ajoute la grande quantité de nomades (bédouins), impossible à dénombrer. Mais ce qu’on sait, c’est qu’entre les deux guerres, il y a eu arrivée des juifs dont on parle toujours. Il y a eu aussi une entrée massive d’arabes en Palestine sous mandat britannique.

2- Les palestiniens n’existaient pas en tant que groupe significatif, ethnique, culturel. Ils n’ont rien de commun avec les peuples Kurde, Turc, druze, Maronite, qui sont une entité spécifique. Les palestiniens étaient simplement des arabes habitant en Palestine, et qui auraient pu, sans mal, habiter ailleurs, en Jordanie, en Syrie, ou en … Arabie. On répondra que maintenant grâce à leur lutte, grâce à l’OLP, ils forment un peuple spécifique. Je veux bien, mais alors, il faut appliquer le même critère aux juifs, dont on dispose aisément. « Qu’ils retournent chez eux ! » Désolé, depuis 35 ans qu’ils luttent, (64 ans en 2014 !), ils forment un peuple, une nation, une réalité politique spécifique encore plus forte que celle des palestiniens.

3- « Il est évident que la Palestine appartient en droit comme en fait aux Arabes ». On croit rêver. Car enfin, comment les Arabes sont-ils venus en Palestine ? Ils sont tombés du ciel comme de bons anges ? En réalité ils se sont installés là par la guerre, la conquête, la violence, le massacre. Jusqu’à eux, et que ce soit sous les Grecs, les Romains, ou sous Byzance, la Palestine était d’abord peuplée de juifs. Les juifs ont été chassés par les Arabes. En face de cela, les juifs y sont revenus avec mandat international, rachat de terres (A prix d’or), etc… Et entre temps, la Palestine avait été sous des dominations multiples, française, ottomane, égyptienne, etc… Il ne faut pas oublier que les Turcs ne sont pas des Arabes ! Il n’y a rien d’évident quant à la propriété des Arabes sur cette terre !

4- Quoique cela soit très désagréable, et parmi les choses qu’il ne convient pas de dire, il faut rappeler que les Arabes sous la haute direction du Grand Mufti de Jérusalem ont été des alliés décidés des nazis, ont reconnu le régime hitlérien et ont combattu les armées des nations antifascistes. On a admis que les peuples alliés aux nazis devaient être « punis… » mais il ne fallait pas bien-sûr, toucher aux palestiniens !

5- Jérusalem, ville sainte… de tout le monde ! Il ne faut pas exagérer. Pour les Arabes elle est aussi, et accessoirement une ville sainte, bien après La Mecque et Médine. Pour les protestants, il n’y a pas de ville sainte. Pour les catholiques, c’est d’abord Rome et secondairement Jérusalem. Il n’y a que pour les juifs qu’elle soit une ville sainte, unique et absolue. L’histoire de « Jérusalem, ville sainte indispensable aux musulmans » est un pur argument ad hoc polémique.

6- Enfin, je voudrais rappeler comment la ville sainte fut traitée par les Arabes quand elle était sous domination jordanienne. Non seulement les juifs de Jérusalem furent progressivement exclus de leur quartier où il était interdit de reconstruire les maisons juives en mauvais état. Mais entre cent autres, deux faits : il y a à l’Est de Jérusalem le cimetière juif, le plus sacré de tous. Les Arabes en ont arraché les pierres tombales et ont construit avec des cabinets publics (Je l’ai vu). Il y a un lieu où se situe « La Tombe du Jardin », où des fouilles archéologiques avaient découvert une tombe qui pourrait être le plus vraisemblable des sépulcres de Jésus. Les Arabes ont largement entamé ce lieu pour y construire une station d’autobus.

(Note du site : peut-on imaginer l’incendie qu’allumerait une atteinte portée par les juifs, même involontairement, autour d’un site sacré de l’islam…)

Je ne cesserai jamais de dire que si les palestiniens ont été très malheureux en tant qu’expulsés et personnes déplacées (sous le conseil des Arabes qui voulaient anéantir le jeune Etat juif le jour même de sa proclamation, ne l’oublions pas), ils partagent le sort de dizaines de millions; y compris les Français d’Algérie.

Pourquoi seuls les Palestiniens provoquent-ils une telle passion, un tel amour, pourquoi sont-ils seuls comptés comme « des pauvres », des déshérités… ?

Ce n’est pas la justice qui anime ces discours, mais la haine du juif.

Jacques Ellul, Ecrivain, Professeur de droit à l’Université de Bordeaux.

 

Confirmation par Joseph Farah : Origine de la Palestine, une invention ?

Confirmation par Joseph Farah : « Origine de la Palestine, une invention ? »

« La situation au Proche Orient parait simple pour tout le monde : les palestiniens veulent une patrie et les musulmans veulent le contrôle de sites qu’ils considèrent comme étant sacrés. Simple, non ?

Eh bien, en tant que journaliste arabe-américain qui s’est forgé une connaissance approfondie de la situation au Moyen-Orient, à force de commenter jets de pierres et tirs de mortiers, je peux aujourd’hui vous assurer que la justification de la violence et des émeutes ne trouve pas son origine dans la simple revendication palestinienne à une patrie, ni dans la volonté des musulmans de contrôler des sites qu’ils considèrent sacrés. Surpris ?

Alors comment expliquer qu’avant la guerre des Six Jours en 1967, il n’y ait eu aucun mouvement sérieux de revendication d’indépendance palestinienne ?

« Avant 67 ? » me direz-vous, « les israéliens n’occupaient pas la Cisjordanie et la vieille ville de Jérusalem. » C’est vrai. Mais durant la guerre des Six Jours, ce n’est pas des mains des palestiniens, ni de Yasser Arafat qu’Israêl conquît la Judée, la Samarie et Jérusalem Est. Ces territoires étaient de fait occupés par le roi Hussein de Jordanie depuis 1948. A-t-on demandé une seule fois au souverain hachémite de restituer ces territoires aux palestiniens ? Est-ce qu’une seule résolution de l’ONU a vu le jour à ce sujet ? Non et non… La vérité est que la Palestine est un mythe !

Le nom de Palestine est utilisé pour la première fois en l’an 135 de l’ère actuelle par l’empereur romain Hadrien qui, non content d’avoir éradiqué la présence juive en Judée (qui durait depuis 1300 ans !), non content d’avoir détruit leur Temple à Jérusalem, d’avoir interdit l’accès du pays aux derniers juifs, se persuada qu’il fallait annihiler toute trace de civilisation juive dans le pays en le débaptisant au profit d’un nom dérivé des Philistins…. Une façon d’ajouter l’insulte à la blessure…

La Palestine en tant qu’entité autonome n’a jamais existé au cours de l’histoire. Jamais !

Le pays fut dominé successivement par les romains, les croisés chrétiens, par les musulmans (qui n’ont d’ailleurs jamais fait de Jérusalem une capitale pendant qu’ils occupaient le pays), par les ottomans, et brièvement par les britanniques au lendemain de la première Guerre Mondiale. Dès 1917, avec la déclaration Balfour, ceux-ci s’étaient montrés favorables à céder au moins une partie du territoire au peuple juif afin qu’ils y établissent un Etat souverain.

Il n’existe pas de langue proprement palestinienne. Ni même de culture spécifiquement palestinienne. Ces derniers sont des arabes, et sont indissociables des jordaniens (La Jordanie étant aussi une invention récente, créée de toutes pièces en 1922 par les britanniques).

Mettez-vous bien en tête que le monde arabe contrôle 99,9% des terres du Moyen-Orient. Israël ne représente que 0,01% de la superficie régionale ! Mais cela est déjà trop pour les arabes. Ils veulent tout. Et c’est précisément là que se situe le nœud du conflit qui les oppose à Israël… Toutes les concessions que pourrait faire Israël n’y suffiront pas. Qu’en est-il des lieux saints de l’islam ? Il n’y en a tout simplement aucun à Jérusalem. Cela vous choque ? Vous pouvez l’être. Je suis persuadé que vous n’entendrez jamais cette vérité brutale de la part d’aucun média international. C’est politiquement incorrect.

Je sais que vous me direz : « La Mosquée AlAqsa et le Dôme du Rocher à Jérusalem représentent le troisième lieu saint de l’islam », après La Mecque et Médine. Et bien sachez que c’est faux. En réalité, le Coran ne fait aucune mention de Jérusalem. La Mecque est citée des centaines de fois. Médine est mentionnée un nombre incalculable de fois. Mais Jérusalem, jamais. (Inversement, Jérusalem est citée 669 fois dans la Torah !) Il n’existe aucune preuve historique que le prophète Mohamed se soit rendu à Jérusalem. Alors comment Jérusalem est-elle devenue le troisième lieu saint de l’islam ?

Les musulmans se réfèrent à un vague passage du coran (17e sourate) où il est fait état d’un rêve de Mohamed qui fut transporté de nuit « du temple sacré au temple le plus éloigné dont nous avons béni l’enceinte ». Au 7e siècle, les musulmans ont identifié les deux temples mentionnés dans ce verset comme étant La Mecque et Jérusalem. Voilà à quoi tient la connexion si étroite entre l’Islam et Jérusalem (connexion faite de rêve, d’imagination, d’interprétations et de mythe). Parallèlement, le peuple juif voit son enracinement remonter jusqu’à l’époque du patriarche Abraham. Le Mont du temple est le site le plus saint du judaïsme.

La dernière vague de violence qui sévit en Israël a eu comme origine, dit-on, la visite du chef du Parti Likoud Ariel Sharon sur le Mont du Temple, là où se trouvent les fondations du temple construit par Salomon….Sharon et son entourage y furent accueillis à coups de jets de pierres et d’insultes. Je sais à quoi ça ressemble. J’y étais. Pouvez-vous imaginer ce que ressentent les juifs lorsqu’ils sont menacés, lapidés, et tenus éloignés du lieu le plus saint du judaïsme ?

Alors, me direz-vous, quelle est la solution pour apporter la paix dans ce Moyen-Orient ?

Franchement, je ne pense pas qu’un homme aujourd’hui puisse se prévaloir de détenir une solution durable. Mais s’il y en a une, elle se doit de commencer par rétablir la vérité. La poursuite des mensonges n’apportera que plus de chaos. Continuer à mépriser un droit légitime vieux de milliers d’années pour les juifs, de surcroît renforcé par des preuves historiques et archéologiques éclatantes, en le confrontant à de fausses revendications, ne pourra donner que mauvaise réputation à cette diplomatie de menteurs. »

Note : Sur l’ancien territoire alors sous mandat britannique, amputé des trois-quarts pour la création de la Jordanie, l’immigration arabe n’a vraiment commencé que dans les années 1920, c’est à dire après l’arrivée de la deuxième vague d’immigrants sionistes. Les nouveaux arrivants musulmans venaient des pays arabes voisins, Syrie, Egypte, Irak, Jordanie, Arabie Saoudite. Et pour information, « les palestiniens » n’ont jamais été chassés d’une terre sur laquelle ils ne résidaient pour la plupart que depuis une vingtaine d’années. Au contraire, les dirigeants israéliens les ont suppliés de rester chez eux en 1948 (cf. l’appel radio de Golda Meier), mais la plupart ont choisi d’obéir aux exhortations mensongères de leurs Imams et leaders : « partez maintenant, vous reviendrez une fois la victoire acquise sur les juifs, pour vous partager leurs dépouilles. Sinon les juifs vont vous massacrer » (cf. le mythe de Deir Yassin) etc… Les moins malhonnêtes l’ont admis par la suite.

Les travaux de plusieurs, parmi ceux qu’on appelle les « nouveaux historiens », qui voudraient remettre en cause ces faits, ne font que confirmer ce qui est dit ici.

 

A savoir : Sur le Mont du temple (que les musulmans appellent aussi « Mont du temple » en arabe, preuve qu’il y a bien eu un Temple !), se trouvait une synagogue, qui fut transformée en mosquée vers l’an 711, soit 80 ans après la mort de Mohamed, afin de rendre crédible la venue du prophète à Jérusalem dont il serait fait allusion dans la sourate 17 du Coran. Mohamed n’éprouvait pas de sympathie particulière pour Jérusalem, de plus il ne pouvait pas penser à cette mosquée construite trois générations après sa mort. On sait qu’il avait permis à ses fidèles de prier tournés vers Jérusalem pendant quelques mois, voulant ainsi convaincre les juifs de se convertir à l’Islam. La tentative n’ayant pas réussi, il donna l’interdiction de prier dans cette direction. Et Jérusalem ne fut plus jamais un lieu saint pour les musulmans.

Le ministre de l’Intérieur du Hamas disait la vérité !

Voici quelques extraits d’un discours du ministre de l’Intérieur de la Sécurité nationale du « gouvernement » du Hamas (Hammad Fathi, diffusé par Al-Hekma TV le 23 mars 2012)

« Personnellement, la moitié de ma famille est de nationalité égyptienne. Nous sommes tous comme ça. Plus de trente familles dans la bande de Gaza sont appelées Al-Masri, « L’égyptien ». Frères, la moitié des palestiniens sont des égyptiens et l’autre moitié des saoudiens.

Qui sont les palestiniens ? Ils peuvent être d’Alexandrie, du Caire, de Dumietta, du Nord, d’Assouan, de la Haute-Egypte. Nous sommes égyptiens, nous sommes des arabes. Nous sommes une partie de vous…Comment pouvez-vous garder le silence, musulmans, quand les habitants de Gaza sont en train de mourir ? Vous regardez dans les coulisses, sans leur fournir la chose la plus simple (du combustible), que vous donnez à l’Occident pour un prix dérisoire… Ah mais, quand il s’agit de devenir des citoyens de ces pays arabes, alors nous sommes tous « palestiniens », qui doivent être traités comme des lépreux – afin de protéger leur propre nation, bien-sûr… »

Le nationalisme arabe palestinien est une fiction politique créée uniquement au XXe siècle, dans le but de détruire le sionisme. El Fathi Hammad sait la vérité, comme beaucoup d’autres arabes. La conclusion logique des déclarations de Hammad est que les arabes palestiniens doivent être autorisés, s’ils le souhaitent, à devenir des citoyens de n’importe quel autre pays arabe, tout comme les autres arabes.

Les groupes de défense des droits devraient être à la pointe de ce mouvement. Les pays arabes qui refusent de le faire se livrent à la discrimination des arabes qui ont souvent des origines dans les pays d’où ils sont majoritairement issus. (Dans le premier quart du XXe siècle, des hordes d’arabes sont venus profiter de la manne des pionniers sionistes, de Syrie, de Transjordanie, d’Egypte, du Liban, d’Irak…) Pourtant, Human Rights Watch est contre ce simple droit de l’homme, et pour cette seule raison cela mérite d’être exposé comme une imposture hypocrite. Sans oublier les Etats arabes qui prétendent soutenir les arabes palestiniens alors qu’ils les laissent vivre comme des apatrides et des misérables…

(Adapté par Aschkel pour Israël-flash)

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Contre le Créateur et contre la Vérité, les hommes sont capables de s’unir, ainsi qu’il est écrit depuis des millénaires dans le Psaume deuxième :

 


  • -

Tsedek-Info d’Israël n° 120 novembre-décembre 2016

Category : Non classé

Tsedek-Info d’Israël n° 120 novembre-décembre 2016

Distinctions & performance

– H’ayim Dotan, architecte, a construit la passerelle la plus longue du monde, un pont en verre réservé aux piétons dans le parc du Wulingyuan: longueur de 430 mètres, hauteur de 300 mètres, largeur de 6 mètres et capacité maximale de 800 personnes. C’est la plus haute plate-forme de saut à l’élastique du monde.
– Une start-up pour 1500 habitants, c’est le plus fort ratio au monde.

High Tech

La start-up israélienne NUA Robotics a mis au point une technologie qui permet de relier un bagage à son propriétaire. Le bagage a un appareil photo intégré qui détecte l’emplacement de son propriétaire. Il se connecte à une application smartphone via Bluetooth, de sorte qu’on sache à tout moment où se trouve sa valise.
Selon son président Alex Libman, le bagage est capable de faire bien plus que de suivre partout son propriétaire et transporter ses vêtements. Il peut charger sa propre batterie sur la route, ainsi que recharger son téléphone, ordinateur ou tablette. Il peut également communiquer son poids grâce à l’application et possède une alarme anti-vol intégrée. Prix annoncé de la valise 600 $

Transport

Le transit de marchandises entre Haifa et la Jordanie a augmenté de 65% entre 2010 et 2015. En raison du conflit syrien, les commanditaires utilisent la route la plus rapide et la plus rentable, celle passant par Israël, pour transporter leurs marchandises en Jordanie, en Iraq, en Arabie Saoudite ou dans d’autres pays du Golfe. C‘est pourquoi une nouvelle ligne Haifa-frontière jordanienne près de Bet Shean est en voie de construction.

Archéologie

– Au cours de fouilles à Tel Hazor, Pr Amnon Ben-Tor de l’Institut d’Archéologie à l’Université hébraïque et Sholmit Baker, étudiante à l’Institut, ont découvert une partie d’une statue égyptienne d’environ 45×40 cm représentant le mollet et le pied d’une personne. Cette statue égyptienne monumentale, la plus grande découverte dans la région, a 4000 ans d’âge. En calcaire, cette statue représente le pied d’un homme assis par terre ou à genoux, les jambes croisées, plusieurs lignes en lettres hiéroglyphiques égyptiennes étant inscrites et désignant sans doute un employé.
– Depuis 1985, Dr Assaf Yasur-Landau mène des recherches au sud d’Ashkelon et il a fini par découvrir un cimetière philistin d’il y a 3000 ans, avec 160 squelettes datant de 28 à 31 siècles. Une particularité, devant le nez d’un squelette il a trouvé un petit pot de parfum… Cette découverte permettra une avancée dans la connaissance de l’époque et de la région des 5 cités philistines.
– Jodi Magness, directrice de l’équipe d’archéologues qui a découvert une synagogue datant de l’ère romaine, sur le site de Houqoq dans le nord du pays, apporte des précisions sur une des deux grandes mosaïques trouvées, figurant des scènes de la Bible, l’arche de Noé et la traversée de la mer rouge par Moïse et les Hébreux : «on peut y voir les soldats du pharaon avec leurs chars et leurs chevaux en train de se noyer». Jodi Magness explique : «je ne connais que deux autres représentations de la scène de la mer Rouge dans des synagogues aussi anciennes». Les représentations de l’arche de Noé sont elles aussi très rares, car elle n’en connaît que deux autres, sur le site de Jerash, en Jordanie, et le site de Misis, en Turquie.
– Nurit Feig, supervise pour l’AAI le projet de fouilles archéologiques dans le village d’Ibillin dans le nord du pays. Un groupe d’adolescents y a découvert une forteresse datant de l’ère cananéenne, il y a 3700 ans. Selon Nurit Freig, le mur découvert particulièrement massif aurait servi comme une muraille protégeant un chef.

Révélations

– Le saviez-vous ? Les experts estiment à plus d’un millier le nombre de cyberattaques par minute visant des entreprises ou des administrations dans le pays. Le secteur de la cyber-sécurité est devenu vital et 430 sociétés de toutes tailles ont déjà exporté en 2015, 6 milliards $ de technologies, services et logiciels, soit 8 % du marché mondial.
La société de Cybernétique Insights affirme avoir piraté les communications de l’État islamique et a pris connaissance des plans du groupe pour attaquer les bases aériennes américaines au Koweït, à Bahreïn et en Arabie Saoudite
– Le saviez-vous ? Plus de 1,2 millions de comprimés de Viagra ont été consommés par les Israéliens au cours de l’année dernière, plaçant le pays en 4ème position dans le monde, après les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite et la Nouvelle-Zélande.

Défense

– Elbit Systems a réussi le lancement d’une torpille sous-marine depuis le bateau-drone « Seagull » (la mouette). La réussite de cet essai confirme que le SeaGull a la capacité de tirer des torpilles, détruisant des sous-marins légers. Mesurant 12 mètres de long, SeaGull a été conçu pour mener des missions telles que la sécurisation de zones maritimes sensibles ou la protection de navires contre des sous-marins et des mines.

Inventions et découvertes

– Les méta-matériaux sont des matériaux intelligents qui n’existent pas dans la nature. Contrairement aux matériaux normaux dont les caractéristiques sont déterminées par leur composition chimique (atomes et molécules), les propriétés physiques des méta-matériaux découlent de leur structure spatiale. Ils sont conçus d’une manière intelligente, avec une structure nanométrique variable, capable de s’ajuster aux surfaces irrégulières, notamment les applications qui demandent un ajustement précis au corps humain, comme les prothèses, les robots souples ou certains vêtements collants. Dr. Yair Shokef, et son groupe de recherche de l’École de génie mécanique de l’Université de Tel-Aviv ont développé des nano-blocs en forme de cubes creux, possédant une flexibilité maximale. En utilisant des outils informatiques, ils ont construit à partir de ces cubes des structures en trois dimensions, programmées à la demande. En plaçant ces blocs au sein de la structure, ils ont réussi à créer sur sa surface extérieure n’importe quel relief composé de saillies et de cavités. Grâce à sa structure non périodique, le nouveau méta-matériau convient bien aux interfaces avec des surfaces biologiques en mouvement, non uniformes par nature, comme le corps humain.
– La société Elbit Systems Ltd a développé un nouveau casque Skylense qui permet à un pilote de visionner par tout temps le paysage devant lui. Le système est équipé de six capteurs différents, placés sous le nez de l’appareil, enregistrant les données topographiques sur plusieurs fréquences ; un ordinateur centralise ensuite les données, les transforme en images et la meilleure prise de vue est transmise dans le casque du pilote, en temps réel. Skylense réduira les retards d’atterrissage dus à la visibilité réduite.
– L’Institut Weizmann a mis au point des bactéries capables de créer du sucre à partir de CO2. L’équipe du Pr Ron Milo a réussi à reprogrammer un organisme de la chaîne alimentaire pour qu’il consomme le CO2 de l’environnement et produise le sucre dont il a besoin, pour reconstruire sa masse corporelle. Un membre de l’équipe Dr Niv Antonovsky précise : « la capacité d’améliorer la fixation du carbone est essentielle pour que l’homme soit capable d’affronter de nouveaux défis, comme par exemple la nécessité de fournir de la nourriture à une population grandissante dans un monde dont les ressources diminuent, tout en utilisant moins de combustible fossile »
– Dr Tal Dvir du Département de Biotechnologie de l’Université de Tel Aviv a créé en laboratoire « un patch » cardiaque que l’organisme ne rejette pas, car il intègre des matériaux provenant du malade lui-même, avec des nano particules d’or. Elle a déclaré : « Les statistiques montrent que 50% de ceux qui ont souffert de crises cardiaques graves meurent dans les cinq ans. Ce que nous essayons de faire, c’est d’inventer des tissus alternatifs aux organes internes. L’idée est de surveiller l’activité cardiaque en ligne en utilisant la nano-électronique, et si cela est nécessaire, de réguler l’activité des tissus, voire de libérer des médicaments avec la simple pression d’un bouton, à l’aide de polymères spéciaux que nous avons développés…Ainsi, si les tissus envoient le signal d’une inflammation, il sera possible de libérer un médicament anti-inflammatoire. Si le tissu fait état d’un manque d’oxygène, nous pourrons libérer des biofacteurs qui stimuleront les cellules souches pour qu’elles fabriquent des vaisseaux sanguins supplémentaires, le tout en temps réel. Si le patient ne se sent pas bien, il restera à la maison et le médecin recevra un message téléavertisseur concernant l’état du cœur. Il décidera alors quoi faire » – L’équipe de recherche du Dr Tal Dvir a révélé que le premier tissu de ce cœur bionique est un patch cardiaque, appelé « coeur de cyborg » (cyborg heart). Il est composé de cellules musculaires cardiaques, de biomatériau et de fibres nano-composite qui permettent la surveillance en ligne de ce nouveau tissu. Ce tissu lui-même fait partie d’un système plus vaste qui inclut des algorithmes pour gérer les insuffisances cardiaques. Ce concept pourrait s’appliquer aussi au cerveau et à la moelle épinière, afin de traiter les affections neurologiques.
– Une étude du Pr Ilana Gozes révèle qu’un gène spécifique au développement du cerveau, provoque les tendances différentes entre les sexes dans les maladies telles que l’autisme et l’Alzheimer. Ainsi l’autisme est 3 fois supérieur chez les garçons que chez les filles et l’Alzheimer est beaucoup plus développé chez les femmes que chez les hommes.

Problèmes de société

– 50% des 55 000 enfants qui entreront à l’école primaire cette année à Jérusalem sont juifs orthodoxes. Aujourd’hui 12 000 orthodoxes fréquentent les lycées et les universités. On compte 0,8 million juifs orthodoxes dont 50% ont moins de 18 ans.
– En 2015, 29 715 immigrants ont fait leur « montée ou alyah » en provenance de plus de 90 pays. Sur les cinq destinations les plus populaires auprès des nouveaux immigrants, quatre sont des villes côtières, Tel Aviv, Netanya, Haifa et Ashdod. Parmi les immigrants venus des pays occidentaux, 37% sont des Juifs orthodoxes, 41% des Juifs « traditionnels », 8% des Juifs « conservatives » et 4% des Juifs libéraux.
– Après une baisse sensible entre 2002 et 2012, les accidents de la route ont repris de plus belle, avec 357 morts en 2015, en augmentation de 12% sur un an ! Selon l’Ocde, Israël est classé 9ème sur 21, avec 5,3 morts par milliard de km parcourus, un peu au-dessus de la moyenne 4,8.

Environnement

– Prof. Yossi Leshem du Département de Zoologie de l’Université de Tel-Aviv et fondateur du Centre international pour l’étude des migrations d’oiseaux, est au centre d’initiatives en vue de promouvoir des projets ornithologiques, dont la réintroduction du gypaète barbu, vautour disparu de la région. Le dernier exemplaire de cet impressionnant oiseau de proie a été vu dans la région de l’oued de Tsehelim, dans le désert de Judée en 1982. L’objectif est de réinsérer dans la région des aigles et des gypaètes, après avoir résolu un des principaux problèmes à la base de la disparition de ces oiseaux, les appâts empoisonnés, destinés à tuer les chacals et les chiens errants, mais qui ont fait des ravages parmi les vautours. Dr Leshem a incité les agriculteurs à se servir des chouettes-effraie pour contrôler les populations de ravageurs au lieu d’utiliser les pesticides commerciaux.
– Pr Colin Price du Département Géosciences de l’Université de Tel Aviv et son équipe ont établi la 1ère carte interactive permettant de suivre la répartition des orages et de la foudre sur toute la planète. En effet du fait des changements climatiques, on prévoit que la fréquence de la foudre augmentera de 25% d’ici la fin du siècle.

Économie

Depuis son arrivée au gouvernement, le ministre des finances Kahlon veut réformer l’économie afin de la rendre plus compétitive et attrayante pour les investisseurs, tout en se préoccupant du niveau de vie de ses habitants, en mettant en oeuvre une baisse du prix des produits alimentaires, des transports publics…. Selon le Wall Street Journal, les investisseurs iront en Israël qui va réduire l’impôt des grandes sociétés High Tech à 6% et celui des petites à 12%, l’impôt sur les sociétés étant normalement de 25%.

Culture

– De l’avis de 53 chefs internationaux de renom, Abraxas North et Habasta sont les deux meilleurs restaurants de Tel Aviv. Habasta est un restaurant à tendance italienne, spécialisé dans les pizzas aux truffes et Abraxas Northest un restaurant simple et végétarien.
– Lonah Chemtai, une marathonienne née au Kenya et naturalisée israélienne a représenté l’Etat d’Israël lors des Jeux Olympiques, état qui a présenté 48 sportifs lors de ces JO.
– Yoni et Nina Tokayer, créateurs du groupe de musique Yonina, basé à Tel Aviv, sont en train de conquérir le cœur et les larmes de tout l’Internet avec leur harmonieuse acoustique et leurs vidéos enchanteresses, la dernière vue plus de 12 millions de
Fois.

Santé

– Un entrainement informatisé préventif de l’attention, mis au point par le Prof. Yair Bar-Haim et Dr. Ilan Wald de l’École de psychologie et de l’École de Neuroscience de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le corps médical de Tsahal a permis de diviser par trois le risque de développer un trouble de stress post-traumatique (TSPT) chez les militaires au combat. Après avoir suivi des soldats d’infanterie à l’entrainement pendant plusieurs années, ils ont constaté que ceux qui s’abstenaient de prêter attention aux menaces potentielles de leur environnement risquaient davantage de développer un syndrome de stress post-traumatique par la suite.
Le principal problème des personnes souffrant de stress post-traumatique est l’incapacité de se confronter à l’événement traumatique sur le moment et le fait de le revivre sans contrôle par la suite. Il en résulte des flashbacks, des insomnies et une tentative d’éviter tout ce qui pourrait rappeler ou réveiller l’expérience traumatique. Une partie de la difficulté est associée au fait que l’événement traumatique n’a pas été assimilé correctement en temps réel. Avec un test portant sut un millier de soldats, on est passé de 7,8% de traumatisés à 2,6%.
– Une équipe dirigée par le Prof. Ronit Satchi-Fainaro, chef du Département de physiologie et de pharmacologie de la Faculté de Médecine de l’Université de Tel-Aviv, à la tête du laboratoire de Nanomédecine et angiogenèse tumorale de l’Université, a conçu le principe d’un nano-médicament capable d’inhiber la croissance du cancer des os et de le maintenir en sommeil. L’ostéosarcome est une tumeur agressive qui se développe dans les os des enfants et des adolescents. Une fois que la métastase de l’ostéosarcome migre loin du site primaire de la tumeur, il n’existe pas de traitement efficace, mais seulement différents moyens de prolonger la vie, en enseignant aux cellules cancéreuses à rester en sommeil.
En séquençant les microARN des tissus, l’équipe en a trouvé trois, exprimés à de faibles niveaux dans le tissu tumoral agressif et à des taux élevés dans le tissu tumoral en sommeil. Insérant ces microARN dans une boîte de Pétri, on a observé qu’ils diminuaient le potentiel malin des cellules cancéreuses en réduisant leur capacité à communiquer avec les cellules normales présentes dans le microenvironnement. Les cellules d’ostéosarcome traitées avec les microARN sélectionnés étaient incapables de recruter des vaisseaux sanguins pour nourrir leur croissance. Pour maintenir ces microARN stables dans le sang, on a eu besoin de les encapsuler dans une nanoparticule qui circule dans les vaisseaux sanguins sains. L’équipe a ainsi conçu un nano-médicament doté d’un procédé d’activation spécifique fonctionnant sur le site de la tumeur dans la cellule cible.
– Une recherche menée par le Prof. Malka Cohen-Armon du Département de physiologie et pharmacologie et de l’École des Neurosciences de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Prof. Menachem Segal de l’Institut Weizman a révélé un processus biochimique à la base de la formation de la mémoire à long terme dans les neurones des zones du cerveau contrôlant les fonctions d’acquisition du savoir. Cette avancée ouvre la voie au traitement de la détérioration des capacités d’apprentissage causées par les lésions de l’ADN des cellules nerveuses dues aux maladies ou à la vieillesse.
De la naissance à la mort, les neurones du cerveau ne se renouvellent pas. Pendant la durée de la vie, des fragments d’ADN s’y accumulent. La protéine PARP1 se lie à ces fragments d’ADN et intervient dans leur réparation. L’étude a révélé que lorsqu’un changement spécifique se produit dans la structure de la protéine, lors de sa liaison à l’ADN, elle ne peut se fixer sur la protéine « réceptrice » de signaux. Les fragments d’ADN empêchent alors le mécanisme de stimulation des cellules nerveuses en « gènes rapides » et les changements dans les synapses. La glutamine — substance qui permet la tolérance au vin rouge — empêche la liaison du PARP1 à l’ADN et préserve ainsi l’expression des «gènes rapides», en réponse à la stimulation même, en présence de fragments d’ADN.
– Ce sont les cellules épithéliales pigmentaires de la rétine (RPE) qui nourrissent les cellules photoréceptrices permettant la vision. Quand elles se détériorent, la maladie DMLA (dégénérescence maculaire de la rétine due à l’âge) entraîne progressivement la cécité. Cell Cure Neurosciences de Jérusalem a mis au point la thérapie OpRegen qui consiste à injecter des cellules-souche d’embryon humain dans les cellules RPE, sous la rétine. Selon Dr. Eyal Banin, directeur du Centre Retina à l’hôpital Hadassah Ein Kerem, cette thérapie régénère les cellules déficientes et empêchent les autres de dégénérer.
De même Pr Yael Hanein directrice du Centre de NanoSciences et de l’Institut de Nano-Médecine de l’Université de Tel Aviv a développé une rétine artificielle, en remplaçant l’action des photorécepteurs naturels de l’œil… Dans quelques d’année, la cécité ne sera plus qu’un souvenir.
– Une technologie qui permet la délivrance ciblée et fiable dans le corps de médicaments anticancéreux a été développée au laboratoire du Pr Marcelle Machlouf au Technion. Cette technologie a considérablement augmenté l’efficacité de la thérapie génique et n’a pas les effets indésirables de l’actuelle chimiothérapie.
L’outil de la thérapie génique est l’insertion de gènes, des séquences d’acide nucléique qui sont codées pour la production de protéines. Cet outil permet d’abord la création de protéines qui remplacent les protéines abîmées ou qui manquent dans la cellule-cible, et ensuite, l’insertion de gènes menant à la création de protéines anticancéreuses dans la cellule-cible. Cette thérapie peut aussi empêcher le développement de résistances à la chimiothérapie et réduit les effets indésirables causés par la dispersion de la charge toxique sur son chemin vers la tumeur. Néanmoins, les traitements actuels impliquent « une fuite » du médicament sur sa route vers la cible cancéreuse, causant des dommages dans les tissus sains et provoquant de sérieux effets indésirables.
Conjointement avec le doctorant Limor Kaneti, Pr Machlouf a développé une plateforme de délivrance innovante appelée Nano-Ghost. Les Nano-Ghosts sont de fines particules faites à partir de la membrane externe d’un certain type de cellules, appelées cellules-souches mésenchymateuses. Ces cellules sont capables de cibler de façon sélective plusieurs types de cancers. Avec la technologie développée, ces cellules peuvent être produites en grande quantité au laboratoire, vidées de leurs contenants et remplacées par des emballages vides- les Nano-Ghosts.
– A ce jour, il est impossible de détecter la maladie d’Alzheimer avant qu’elle n’ait causé des pertes irréparables de la mémoire et de certaines fonctions cérébrales. Même à ce stade, les tests disponibles sont invasifs et coûteux. Développer un test sanguin pour détecter cette maladie devient une priorité. La société NeuroQuest mène des essais cliniques de son test sanguin pour un diagnostic très précoce de la maladie. Pour identifier le vieillissement cognitif et la maladie d’Alzheimer, 3 institutions, l’Université de Tel Aviv, le Technion et le Centre Rambam de Haïfa proposent un nouveau biomarqueur sanguin, appelé ADNP (activity-dependent neuroprotective protein), protéine essentielle dans le processus de formation du cerveau et des fonctions cognitives. Une intervention précoce est capitale pour les patients atteints d’Alzheimer.

Internet

– L’application Nexar reconnaît les feux de circulation, se souvient des plaques devant soi, note si vous freinez soudainement et enregistre les événements pour que vous puissiez les partager avec les compagnies d’assurance ou la police. Il suffit de placer votre Smartphone sur le tableau de bord de votre voiture, avec sa caméra arrière face à la route.
– Alternative : Une application mobile pour vous aider à choisir le mode de transport le plus approprié pour naviguer autour de la ville. Alternative compare tous les modes de déplacement disponibles – la marche, la conduite, les transports en commun, les taxis, le vélo, etc. La décision est prise en fonction de ce qui est le plus important pour l’utilisateur: arriver rapidement, brûler des calories, émettre moins de polluants ou effectuer un trajet à moindre coût.

Sources: Jerusalem Post, IsraelValley, SiliconWadi
contribution: Albert SOUED