Tsedek-Info d’Israël nov-dec 2018

  • -

Tsedek-Info d’Israël nov-dec 2018

Category : Non classé

Distinctions & performances

-L’équipe nationale israélienne de mathématique a remporté deux médailles d’argent et quatre de bronze aux Olympiades de mathématiques pour la jeunesse qui se sont tenues à Kloj en Roumanie et qui réunissaient 615 jeunes de 116 pays.

– AChemnitz, en Allemagne, l’équipe israélienne de basket des moins de 20 ans est devenue championne d’Europe en dominant son homologue croate en finale sur la marque de 80 à 66.

High Tech
– Elazar Sonnenschein, ingénieur en électronique, avait déjà créé « Medigus » pour développer une caméra d’1mm de diamètre pour réaliser des endoscopies. Il vient de créer « PulseNmore » qui développe un appareil à ultrasons portatif permettant aux femmes enceintes de contrôler la santé de leur bébé avec leur smartphone. Le dispositif doit aussi permettre aux hôpitaux et cliniques de générer des économies en limitant le nombre de consultations causées par de fausses alertes.

Posé sur le ventre, le dispositif permet à la future maman de regarder en direct son bébé comme pour n’importe quelle échographie. La technologie permet aussi de faire des relevés (pouls du bébé, fréquence cardiaque, caractéristiques du liquide amniotique ou du placenta). Le gynécologue peut alors consulter à distance toutes ces données et décider si une visite à l’hôpital est utile pour faire des examens complémentaires ou si la patiente peut rester chez elle. Coût :160$

– La start-up Verifyoo fondée à Petah Tiqva par Roy Dalal invente une nouvelle authentification bancaire Biometric OTP: par la simple écriture de lettres sur votre téléphone ou votre tablette, la banque pourra vérifier si vous êtes le bon utilisateur et ainsi autoriser l’accès aux services de vos comptes. Un spécialiste Joseph Dahan: « la solution de Verifyoo s’applique parfaitement à des situations où une authentification solide est nécessaire. De plus, le temps de la transaction est très court, comme par exemple pour un paiement en ligne ou une transaction financière (virement bancaire, transaction boursière,…). Les autres solutions, telles que l’authentification continue, ne sont pas adaptées, car elles demandent un temps de connexion très long pour authentifier de manière certaine l’utilisateur ».

– Bonus BioGroup est une start-up de biotechnologie qui a développé un système de croissance des tissus osseux pour les greffes. Fondée par le Dr Shai Meretzki, en collaboration avec des chercheurs du Technion, elle a développé Bonofill, méthode permettant de développer les cellules nécessaires pour une greffe osseuse. Ces cellules sont développées à partir de cellules adipeuses du patient. Il n’y a donc pas de risque de rejet de la greffe, risque majeur pour les cas où il n’y a pas d’autogreffe. En effet, la compatibilité entre donneur et patient n’est jamais parfaite. Les cellules adipeuses prélevées sur le patient sont mises en culture dans un bioréacteur. Grâce à ce processus, trois types de cellules sont créées : des cellules osseuses matures, des cellules osseuses non matures et des cellules endothéliales (cellules jouant un rôle dans la vascularisation, qui est l’ensemble des vaisseaux sanguins irriguant une région du corps, un organe ou un tissu). Ces cellules sont développées sur une structure minérale, qui permet à la fois l’expansion des cellules en laboratoire, procurant le support nécessaire pour la croissance des cellules après transplantation. La structure minérale est ensuite découpée selon la forme nécessaire pour la greffe. Après la transplantation, les cellules osseuses continuent de se multiplier, alors que les cellules endothéliales autorisent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. Ces mécanismes assurent la régénération osseuse qui a permis la réalisation de ces greffes.

– Fondée en 2012 à Tel Aviv par Dr Shimrit Perkol-Finkel et Ido Sella, tous deux issus de l’Université de Tel Aviv et du SeArc (groupe de consultants en écologie marine), EcoConcrete est devenue un des leaders mondiaux pour les solutions écologiques innovantes dans la construction d’infrastructures marines ou côtières. Sa réputation repose sur toute une gamme de bétons aux propriétés uniques. En effet, les bétons et autres matériaux utilisés jusqu’ici dans la construction de structures marines finissent par succomber aux assauts conjugués des éléments et des organismes marins, tout en défigurant le paysage marin. EcoConcrete a mis au point un béton dont la constitution et la structure permettent de le rendre plus résistant, tout en permettant le développement d’espèces marines, telles que les algues ou les mollusques, à sa surface.
EcoConcrete propose un adjuvant pour béton, ainsi que la méthodologie de moulage des blocs de béton.

Archéologie
– Une équipe d’archéologues sous la direction du Dr. Rami Arav, de « Hebrew Union College », à Jérusalem a découvert le portail d’entrée à la ville biblique de Zer, sur le Golan, lors d’excavations au lieu mentionné à plusieurs reprises dans les Evangiles, Bethsaida.

– C’est au début de l’année 2001 qu’a été découvert un fossile d’Homo Sapiens vieux de 180 000 ans sur le site de Misliya, sur le mont Carmel. Cette découverte exceptionnelle, la moitié d’un maxillaire supérieur, que les archéologues ont mis 17 ans à déchiffrer, montre que nos ancêtres sont sortis du berceau africain bien avant ce que nous pensions. Selon Israël Hershkovitz, chercheur à l’université de Tel-Aviv, cette découverte double l’âge de ce que nous pensions être les premières migrations humaines.

– Au cours d’une opération conjointe menée par des universitaires et des archéologues sous la houlette de Dr Yinon Shivtiel, spéléologue et conférencier au Zefat Academic College de Jérusalem, des amphores à vin, des marmites et des poteries datant de plus de 2.000 ans ont été découvertes lors de fouilles dans une grotte près de la frontière libanaise. « A première vue, les découvertes semblent remonter à la période hellénistique – entre le IIIème et le Ier siècle avant notre ère. Compte tenu du fait que des récipients de cuisine et de service ont été trouvés, il semblerait que ceux qui les ont amenés prévoyaient de vivre ici pendant un certain temps », a déclaré le Dr Danny Syon, de l’Autorité des Antiquités d’Israël.

– Une rare figurine sculptée, de quelques cm ; représentant le visage d’un roi d’il y a 3000 ans a été trouvée lors de fouilles sur le site Abel Beth Maacah, à la frontière libanaise, cité dans le livre des Rois (1Rois 15/20). La figurine en faïence est d’une grande qualité. Les fouilles étaient dirigées par Naama Yahalom-Mack, archéologue à l’université Hébraïque de Jérusalem. Le site se situe près du village Abil al-Qamh, à la lisière de 3 royaumes, phénicien avec Tyr au nord, araméen avec Damas, à l’est, israélite avec Samarie au sud.

http://www.israelhayom.com/wp-content/uploads/2018/06/1528603170a_mo1-600×408.jpeg
– Lors de fouilles sur le site Ophel de la Cité de David à Jérusalem, menées par Dr. Eilat Mazar, on a découvert des sceaux en calcaire supposés être d’authentiques sceaux du prophète Esaïe et du roi Hézekiah, datant du 8ème s avant l’ère courante.

Révélations
– Le saviez-vous ? Des archéologues danois ont découvert au nord-est de la Jordanie (région de culture natoufienne) des traces de pain non levé datant de 14500 ans, soit 4000 ans avant le début connu des cultures. Fabriqué à partir de céréales sauvages moulues (orge, avoine…), le pain ayant la forme d’une pita était chauffé dans un foyer central d’un mètre de diamètre en pierre de basalte. Il est probable que le goût et le bienfait de ce pain aient été à l’origine de l’incitation à l’agriculture…

– Le saviez-vous ? Le Smartphone militaire est le seul smartphone qui peut faire des appels VoLTE (voice over LTE) en utilisant l’infrastructure 4G. Z-Tube est une plate-forme militaire YouTube qui contient des vidéos disponibles à partir de caméras de surveillance qui sont opérationnelles en mer, sur terre et dans les airs.

– Le saviez-vous ? 400 start-up spécialisées dans la cyber-sécurité ont levé 800 millions d’euros en 2017 (contre 600 en France qui n’ont levé que 26 millions euros)

– Le saviez-vous ? Selon des spécialistes du Technion et de l’Université hébraïque, une batterie « malveillante » peut collecter des informations privées sur l’utilisateur du portable. On peut transformer la batterie d’un smartphone en véritable mouchard grâce à l’implantation d’un dispositif capable de corréler les flux d’énergie avec la saisie au clavier. La « faille » serait l’appli « API Web Battery » disponible dans certains navigateurs web.

Défense et Espace
– Le département de recherche de l’armée a développé un drone offensif pouvant pulvériser des gaz lacrymogènes sur des lanceurs de pierres ou de cocktail molotov, avec une grande précision, à une distance de 100 m et à très grande vitesse.

– Israeli Aerospace Industries (IAI) et Military Industry Systems (IMI) ont développé le missile air-sol Rampage, long de 4,7m, pesant 570 kg, et d’une très grande précision, pour détruire bases et centres de commandement. Il est conçu pour être lancé à 150 km de la cible, rendant le missile indétectable par les forces ennemies. Sa frappe est chirurgicale, provoquant un minimum de dommages collatéraux, malgré le fait que le missile passe beaucoup de temps en l’air, depuis le moment où il est lancé jusqu’à l’instant où il frappe sa cible. L’ogive du missile est guidée par un système GPS, ce qui lui permet de frapper pendant la journée, ainsi que la nuit et dans toutes les conditions météorologiques, y compris le brouillard et la nébulosité.

– Israel Aerospace Industries (IAI) a développé un drone Rotem L, porteur de grenade, pesant 6,5kg, qui attaque sa cible à 100 km/h avec précision. Il a une portée de 10 km et une autonomie de ¾ h. Après avoir balayé la zone, le drone transmet à son opérateur les renseignements qu’il a recueillis par l’intermédiaire d’un chargeur spécial. L’image transmise est ensuite affichée en haute résolution et peut être visualisée à l’aide d’une tablette. Pendant que le combattant reste à l’abri, caché à son poste, il envoie au drone les données sur la cible, avec efficacité et sécurité. Chaque combattant peut porter et déployer 3 drones sur différentes cibles.

– Le projet Adelis-SAMSON a été développé par une équipe dirigée par Pr Pini Gurfil, directeur de l’Asher Space Research Institute et membre de la Faculté de génie aérospatial du Technion. Il a pour but de prouver que plusieurs satellites peuvent circuler pendant un an dans une formation contrôlée à une altitude de 600 km. Il implique le lancement de trois nanosatellites dans l’espace qui fonctionnent de manière autonome, sans intervention humaine. Les satellites reçoivent des signaux de la Terre et calculent l’emplacement de la source de la transmission à des fins de recherche et de sauvetage, de télédétection et de surveillance de l’environnement. La taille de chaque satellite est de 10x20x30 cm, soit environ la taille d’une boîte à chaussures, et pèse 8 kg. Une station au sol a été construite au Technion pour communiquer avec les satellites en utilisant trois fréquences différentes (bande S, VHF et UHF) simultanément. De plus, elle permet à la fois la réception des signaux transmis par les satellites vers la Terre et les signaux transmis entre les satellites eux-mêmes. Mme Rebecca Boukhris, Directrice de la Fondation Adelis : «Fin 2014, nous avons signé un accord avec Technion et, en un an, la NASA a conclu l’accord avec l’Agence spatiale israélienne. Le projet Adelis-SAMSON offre au Technion et à Israël l’opportunité de traverser les frontières et d’initier une nouvelle révolution technologique, et nous sommes fiers d’être parmi les pionniers de ce projet »

Inventions et découvertes
– Développée par le doctorant Ksenya Kveler, sous la direction Pr.adj. Shai Shen-Orr de la Faculté de médecine Rappaport du Technion, la technologie “ImmunXpresso” analyse des millions de publications scientifiques et cartographie les profils immunitaires des maladies. Ces cartes, qui ont déjà identifié des interactions biologiques jusqu’alors inconnues, permettront le développement de thérapies personnalisées et immunocentriques. Pr. Shen-Orr : « Le système immunitaire remplit une fonction essentielle dans la lutte contre les maladies et dans le maintien de la santé. Il sert de capteur qui surveille les environnements externes et internes et répond aux changements qui se produisent. Le problème est que parfois, il échoue ou forme des interactions nocives avec d’autres cellules dans le corps. Par conséquent, pour améliorer l’efficacité des traitements médicaux, nous devons ouvrir la boîte noire du système immunitaire pour comprendre comment cela fonctionne » – « ImmunXpresso » a été programmé pour scanner la base de données PubMed – qui, à ce jour, contient 16 millions de publications. L’analyse s’est concentrée sur des molécules appelées «cytokines» – des protéines qui permettent aux cellules immunitaires d’envoyer des messages aux cellules et aux tissus dans tout le corps. Cette nouvelle technologie permet aux chercheurs de générer une carte informatisée et détaillée des connexions entre 340 types de cellules et 140 types de cytokines à travers des milliers de maladies – une base de connaissances nouvelle et sans précédent en termes de résolution et d’ampleur. »Pour traduire cette information en médecine personnalisée », a déclaré le professeur Shen-Orr, « nous prévoyons de la lier au profil immunitaire du patient, avec la compréhension claire que le système immunitaire varie entre les personnes, ainsi qu’au fil du temps chez une même personne. Si nous parvenons à surveiller ce système, alors que nous surveillons, par exemple, l’activité cardiaque, nous serons en mesure de fournir des interventions médicales personnalisées, précises et basées sur les connaissances ».

– Une équipe sous la direction de Pr Asya Rolls de la Faculté de Médecine Rappaport du Technion et de Pr Fahed Hakim, directeur médical de l’hôpital écossais EMMS de Nazareth a découvert qu’en activant artificiellement le système de récompense du cerveau, on pouvait réduire sensiblement la taille des tumeurs cancéreuses. Pr Rolls a montré que le système immunitaire peut être stimulé en manipulant le système de récompense du cerveau qui fonctionne pour des états émotionnels positifs et en anticipation du positif. Elle note qu’« en activant artificiellement la région, nous pouvons affecter le système nerveux et, à son tour, le système immunitaire » Elle précise : « La relation entre l’état émotionnel d’une personne et le cancer a déjà été démontrée dans le passé, mais principalement par rapport à des sentiments négatifs tels que le stress et la dépression et sans une carte physiologique du mécanisme d’action »
– Uriel Levy, directeur du groupe Nano-Opto et son équipe de l’Université Hébraïque de Jérusalem ont mis au point une technologie de mémoire flash qui va permettre aux ordinateurs, sms et appels téléphoniques de fonctionner 100 fois plus vite grâce à des puces terahertz. Grâce à une structure en « metal-oxide-nitride-oxide-silicone » (ou MONOS), Levy et son équipe sont parvenus à réaliser un nouveau circuit intégré utilisant la technologie de la mémoire flash, — celle des clés USB – dans les puces. Ce concept de technologie optique allie la vitesse des communications optiques à la flexibilité de l’électronique. Il va permette à des ordinateurs standards de 8-16 gigahertz de fonctionner 100 fois plus vite et rapprochera tous les dispositifs optiques de la puce terahertz.

– Une étude menée par trois professeurs du Technion, Pr Noam Adir de la faculté de chimie Schulich, Pr Gadi Schuster de la faculté de biologie et Pr Avner Rothschild de la faculté des sciences et ingénierie des matériaux a permis de récolter de l’énergie à partir de bactéries photosynthétiques – les cyanobactéries. Les cyanobactéries appartiennent à une famille de bactéries communes aux lacs, aux mers et à de nombreux autres habitats. Tout au long de leur évolution, les bactéries ont développé des mécanismes photosynthétiques qui leur permettent de générer de l’énergie à partir de la lumière du soleil. En outre, ils génèrent également de l’énergie dans le noir, via des mécanismes respiratoires, qui dépendent de la dégradation du sucre. Les bactéries photosynthétiques, une source d’oxygène atmosphérique et une source essentielle de matière organique (par exemple le sucre), constituent le premier maillon de la chaîne alimentaire. Les chercheurs du Technion ont développé un système de production d’énergie qui exploite à la fois la photosynthèse et les processus respiratoires, permettant la récupération d’énergie pendant la journée (photosynthèse) et la nuit (respiration). L’énergie récoltée a été exploitée pour produire de l’électricité, qui a ensuite été utilisée pour produire du gaz hydrogène, actuellement considéré comme le carburant de l’avenir, car les véhicules à hydrogène n’émettent que de l’eau, sans polluants.

– Imaginez que vous portiez une chemise, une montre, des bijoux, des chaussures ou des lunettes qui surveillent constamment vos fonctions corporelles et que soudainement, ils vous disent ainsi qu’à votre médecin, que certains de vos marqueurs physiologiques identifient des maladies en développement. Pr Hossam Haick, de la faculté de génie chimique Wolfson du Technion et le chercheur postdoctoral chinois Dr. Weiwei Wu ont développé un système innovant qui permet aux utilisateurs de suivre leur santé tout en poursuivre leur routine quotidienne. Le système est actionné en utilisant l’énergie tirée de son porteur, et peut même se réparer en cas de rupture ou de rayure. Le dispositif devrait également fournir des informations détaillées à utiliser dans les études épidémiologiques. Bien que les différents composants du système existent déjà, aucune plate-forme intégrative n’a été développée qui les combine tous – jusqu’à maintenant. Cela nécessite un réseau de capteurs complexe; une carte de circuit minuscule et flexible pour mesurer les marqueurs; et les composants qui traitent l’information et la transmettent au nuage et aux autorités médicales autorisées.

Problèmes de société
– Selon les statistiques de l’Ocde de 2016, Israël recense 3,1 naissances par femme, alors que la moyenne est de 1,7 ! Israël a aussi le plus bas taux de suicide, soit 5,5/100000 hab. ; et en 9ème position pour l’espérance de vie, soit 82,1 ans (femmes 84,1 – hommes 80,1)

Le taux de croissance prévu en 2019 est de 3,6%, contre une moyenne pour l’Ocde de 2,5%.

Sur le plan de la santé, Israël a 3,1 médecins/1000 hab, contre 3,3 pour l’Ocde ; et 4,9 infirmières contre 9,3 en moyenne.

– Panels Polling Institute a procédé à un sondage pour l’Union nationale des Etudiants : 59% des étudiants envisageraient de quitter le pays pour une raison ou une autre, dont le coût de la vie, le manque de sécurité ou de démocratie (!), de meilleures études à l’étranger, une meilleure carrière…Les résultats de cette enquête ont ému et inquiété les responsables politiques devant l’évolution de la société.

– Le qiboutz a fait preuve d’une remarquable résilience et continue d’occuper une place à part dans la société comme dans l’économie du pays. Avec 171.000 résidents, soit moins de 2 % de la population, elle représente aujourd’hui 50 % du secteur agricole israélien et 9 % de son industrie traditionnelle. De même, une vaste majorité de qiboutz ont assuré leur redressement économique, affichant en 2017 des ventes record de 44,5 milliards de shekels. Au cours de ces 4 dernières années, 24 d’entre eux ont même investi à hauteur de 100 millions sheqels dans une vingtaine de jeunes pousses. « C’est la nouvelle direction que nous voulons encourager. Pour l’heure, environ 10 % des qiboutz misent sur des sociétés innovantes, mais on espère bien que cette part passera à 40 % dans 5 ans », avance Rafi Nevo, qui a cofondé en 2014, « Ha Mashtela » (pépinière), un fonds d’investissement soutenu par le mouvement l’Association des qiboutz industriels, où il est chargé de l’innovation.

Environnement
Selon l’Autorité israélienne de l’eau, une sécheresse de 5 ans a plongé les nappes phréatiques à leur plus bas niveau depuis au moins un siècle. Un programme d’urgence de gestion de la sécheresse à hauteur de 105 millions de shekels a été décidé pour tenter de réhabiliter 7 cours d’eau du nord d’Israël, et faire entrer de l’eau dessalée dans tout le pays et, initiative sans précédent, réalimenter ainsi le lac de Tibériade dont le niveau baisse dangereusement. Le nord du pays vit l’une de ses pires sécheresses depuis un siècle, laissant les nappes phréatiques du pays avec un déficit d’environ 2,5 milliards m3 d’eau. Le ministère de l’Energie et de l’eau a également établi des objectifs de dessalement à l’horizon 2030, avec de nouvelles usines, qui viendront doubler la production actuelle d’eau dessalée, la portant à 1,1 milliard m3.

Agriculture et botanique
– Les abeilles jouent un rôle crucial dans l’agriculture, car elles pollinisent les légumes et les fruits, et leur diminution est très préoccupante. Mais en Israël moins qu’ailleurs. Pourquoi ?

.. Des espèces de plantes aux floraisons hivernales ont été introduites afin que les apiculteurs ne soient plus obligés de nourrir les abeilles avec de l’eau sucrée, pratique coûteuse qui produit un miel de qualité moyenne. “Nous ne faisons pas de recherches sur les abeilles, mais nous cherchons toujours à savoir quelles plantes et arbres les abeilles aiment. Nous travaillons avec des scientifiques qui trouvent des solutions pour elles.», explique Hagay Yavlovich, spécialiste des semences et des pépinières.

.. La recherche cible toutes les stratégies biologiques et botaniques. « Nous essayons toutes sortes de choses”, déclare Hertzel Avidor, PDG israélien de Honey Board, « jusqu’à stimuler le système immunitaire des abeilles en développant des plantes riches en nectar ».

.. Israël aide 500 apiculteurs à mettre en œuvre des tactiques novatrices pour soutenir 110 000 ruches collectives. La légère diminution du nombre d’abeilles n’affecte pas l’approvisionnement en miel parce qu’on introduit chaque année plus de colonies pour compenser les pertes. Le climat est la principale variable pour atteindre un rendement annuel idéal de 3.000 tonnes de miel.

.. Une autre stratégie recommandée est de produire du miel de qualité provenant de l’eucalyptus où les abeilles sont plus saines et plus abondantes, bien que l’eucalyptus soit un arbre menacé par l’urbanisation. Ainsi, des eucalyptus ont été plantés tout le long des frontières.

.. Les apiculteurs ont des terres mais n’ont pas assez de fleurs et d’arbustes pour attirer les abeilles. Depuis 20 ans, les apiculteurs coopèrent avec des organisations écologiques pour rendre les terres plus verdoyantes, afin d’attirer les abeilles. Pour les apiculteurs ce projet est révolutionnaire. Auparavant, ils devaient disposer leurs ruches à travers le pays pour maximiser les zones d’alimentation, conduisant à des coûts élevés.

– Pr. Hanan Eizenberg du Centre de Recherche Neve Yaa’r, issu de l’Institut Volcani et du Ministère de l’Agriculture parlant de la ferme éducative créée dans la Vallée de Jezreel pour former les élites internationales aux méthodes pointues développées, rendements élevés avec le minimum d’eau, prévention de l’érosion et de l’infestation du sol : « Cette ferme est unique dans le monde, car vous ne trouverez nulle part ce modèle de précision en agriculture, grandeur réelle… (36 ha de blé et 4 ha d’amandiers pour commencer) »

Santé
– L’un des problèmes rencontrés par les chirurgiens lorsqu’ils retirent une tumeur cancéreuse est de savoir si toute la tumeur a été retirée ou encore s’il ne reste pas des métastases isolées dans la région opérée ou diffusées vers d’autres organes. Une équipe sous la direction de Pr. Ronit Satchi-Fainaro, directrice du Département de physiologie et pharmacologie de la Faculté de médecine Sackler de l’Université de Tel-Aviv a mis au point un mini-capteur intelligent qui met en fluorescence les contours exacts des tumeurs et des métastases, de sorte que les chirurgiens puissent savoir en temps réel et avec une grande précision où elles son situées, et s’ils ont retiré tout ce qu’il fallait. Ce capteur est capable de différencier les cellules malades des cellules saines, ce qui évite de causer de dégâts à l’environnement sain des tumeurs.

Pr. Satchi-Fainaro précise que son laboratoire est en pourparlers avec un certain nombre d’entreprises pharmaceutiques dans le but de passer du stade expérimental « souris » au stade des essais cliniques sur des êtres humains.

– Parmi toutes les formes de cancer, celui du pancréas est considéré comme l’un des plus dangereux. Il est connu pour résister à la chimiothérapie, aux nouveaux traitements biologiques et même à l’immunothérapie. Mais pour Pr. Ido Wolff, directeur du département d’oncologie de l’hôpital Ichilov, la situation et différente car il utilise un traitement à plusieurs facettes: chimiothérapie composée d’une alternance de trois médicaments différents au lieu d’un seul, suivie d’une opération et d’une radiothérapie. Il s’agit d’un traitement très agressif mais qui donne des résultats qui indiquent une véritable révolution dans ce domaine. Selon ce protocole les chances de guérison passent de 10% à 40-50%, soit un bond de 300% ! Un quart des patients ont même connu une rémission complète, avec une disparition totale de la tumeur et de ses éventuelles métastases.

– Pr. Alejandro Sosnik et Alexandra Bukchin du Technion ont développé un système de traitement anticancéreux pour enfants, utilisant des nanoparticules. Ce développement est basé sur le transport sélectif de médicaments chimio-thérapeutique « Dasatinib » à l’échelle nanométrique. Un emballage dirige le médicament principalement vers les cellules cancéreuses, réduisant ainsi considérablement l’exposition des autres organes au médicament, et réduisant significativement la toxicité. Administré sous la forme de comprimés, le Dasatinib inhibe la tyrosine kinase et arrête la croissance du cancer. La technologie mise au point par le professeur Sosnik ne cible que les cellules cancéreuses, maximisant ainsi son efficacité sans nuire aux tissus sains. Le transporteur est constitué de micelles de polymère, nanostructures créées par l’autoassemblage de polymères dans l’eau.

– « Le stress mental est connu pour avoir un effet négatif sur la fertilité, mais il existe peu de recherches sur l’impact du stress sur la qualité du sperme », a déclaré Eliahu Levitas, membre de la Faculté des sciences de la santé de l’Université Ben Gourion et directeur de l’unité de FIV à la banque du sperme du centre médical de l’université de Soroka à Beersheba – « Notre étude montre qu’un stress prolongé peut avoir un effet sur la qualité du sperme… Notre raisonnement était le suivant : même les hommes ayant entendu les sirènes d’alerte de missiles pendant un conflit ont ressenti du stress sur une longue période. Nous avons été surpris de découvrir qu’il existe un lien entre la situation sécuritaire et le nombre de spermatozoïdes »- Une forte motilité des spermatozoïdes est nécessaire pour la fécondation réussie d’un ovule.

La recherche, menée à Soroka et à l’Université Ben Gourion du Néguev, a comparé le sperme d’hommes soumis à un stress – leur âge moyen étant de 32 ans – avec 10 536 échantillons de sperme donnés pendant des périodes sans stress entre 2009 et 2017.

– Assaf Zinger à l’Institut de Technologie du Technion a développé une nanotechnologie qui remplace le scalpel chirurgical par une « lame » constituée d’enzymes. Cette nouvelle technologie repose sur des enzymes – des molécules biologiques que le corps utilise pour se régénérer – ainsi que sur des nanoparticules pour atteindre un profil thérapeutique ciblé. Cette méthode évite la douleur associée aux chirurgies orthodontiques et réduit considérablement le temps de récupération des tissus. Elle adoucit les fibres de collagène via la libération ciblée de collagénase – une enzyme possédant la capacité de lyser (détruire) le tissu collagène. La collagénase est empaquetée dans des liposomes, ou nano vésicules. Après avoir été placée sur le site chirurgical, une pommade de calcium est appliquée pour activer la collagénase. L’enzyme commence à se diffuser progressivement à partir du liposome et ramollir les fibres de collagène.


archives